法语学习网
当前位置:首页 » 法语阅读 » 法国文学 » Les tendres ménages » 正文

VII PARIS-VERSAILLES

时间:2021-04-07来源:互联网 进入法语论坛
核心提示:Mme de Mariolles n'avait pas faitsa mre une bien entire confession de ses chagrins. Le dsir de savoir jusqu'o ils taient
(单词翻译:双击或拖选)
 Mme de Mariolles n'avait pas fait à sa mère une bien entière confession de ses chagrins. Le désir de savoir jusqu'où ils étaient fondés, et si, comme elle ne le voulait plus mettre en doute, son mari la sacrifiait à cette exotique Imogène—l'inexpérience aussi de comparer son malheur à aucun qui lui fût bien connu en dehors des livres,—tout cela fit tomber Sylvère dans le romanesque. Elle rêva d'abord d'intéresser la rue de Jérusalem à ses ennuis; mais s'étant rappelé, d'après des lectures, qu'il y a à Paris des polices particulières, elle se détermina de préférence pour l'une d'elles. Et comment elle s'en procura l'adresse, on l'imaginerait mal s'il n'était légitime d'en faire honneur à l'ingéniosité bien connue des amoureuses.
 
Un beau matin donc, ayant prétexté auprès de Mariolles qu'elle allait à la messe (et ce fut là son premier mensonge d'épouse), Sylvère prit un fiacre à la porte de l'hôtel et donna l'adresse: 61 bis, place des Victoires.
 
On était en fin septembre. Le tendre souffle de l'arrière-saison circulait par les portières ouvertes, autour de ses joues. Le long des Champs-Élysées il faisait frissonner faiblement la dernière feuille des arbres. Quelques victorias passèrent à grande allure, comme si elles se fussent hâtées vers les derniers beaux jours; et, partout répandu, c'était l'automne mélancolique, voluptueux. Mais Sylvère ne savait plus goûter la douceur des choses: de toutes ses petites dents, elle semblait mâcher sa grande douleur.
 
Sylvère souffrait de cette variété visuelle de la jalousie qui est peut-être la moins ordinaire à son sexe. Les malades qui en sont atteints s'occupent singulièrement à faire de leur coeur une façon de cinématographe, où viennent se peindre à l'envi mille images de leur perfide, les plus cruelles, les moins décentes. Les beaux yeux de Sylvère se posaient en vain sur les objets autour d'elle, les équipages, la ramure noire des marronniers, ou la brillante gerbe de l'arroseur. Ce qu'elle voyait à travers tout cela, n'était-ce pas toujours un même spectacle, son mari tout près, oh! si près, d'une autre femme; et sans cesse cette âme délicate se souillait des plus basses visions. Parfois c'était comme si sa plus secrète sensibilité se fût transposée en une autre chair, et qu'elle-même y goûtât, en dehors d'elle-même, une joie aiguë qui était son bien propre, des caresses dont elle savait d'avance la douceur._._._._._._._._._._._._.
 
Sa voiture s'arrêta. Machinalement Sylvère vérifia le numéro de la maison, monta deux étages, se heurta à une grosse femme qui laissait voir à demi une face convulsive sous le mouchoir qu'elle appuyait à ses yeux, et qui gémit sourdement.
 
Puis Sylvère poussa une porte et se trouva dans une grande salle de l'aspect le plus administratif, où une douzaine de jolies filles et de vieux employés se tenaient silencieusement courbés sur des bureaux de pitchpin et des machines à écrire.
 
—Monsieur Simpson-Schuhmacher, demanda-t-elle.
 
L'un des vieillards, sans mot dire, lui indiqua du doigt une porte où Cabinet du directeur était écrit. De l'autre côté c'était une petite antichambre, et une seconde porte à travers laquelle Sylvère distingua des voix. Elle s'assit, et toussa pour indiquer sa présence. Mais les gens qui parlaient ne parurent pas y prendre garde.
 
—Je m'en f..., qu'elle soit jolie, clama l'un d'eux, d'un gosier gras. L'essentiel est qu'elle le trompe, et que nous le sachions: avec vous, ou avec un autre, ça n'y fait rien, pourvu qu'elle marche.
 
—Mais, demanda une voix mélodieuse, pourquoi tenez-vous tant à ce que M. Anderego soit cocu?
 
Sylvère eut envie de faire entendre encore qu'elle était là: un peu de curiosité, ou de pudeur, la retint; et elle n'était pas fâchée non plus d'apprendre à connaître ses gens.
 
—Vous ne comprenez donc pas, jeune idiot, reprit la grosse voix, que si la première Mme Andermachin pouvait faire pincer la seconde, elle nous payerait à part cette satisfaction morale.
 
—C'est que vous ne m'avez presque rien dit; seulement de faire connaissance avec les Anderego: c'est fait.
 
—En deux mots, c'est très simple. Le monsieur est un ancien mulâtre de la Jamaïque, qui faisait des poids, dans les music-halls. Il y fit aussi connaissance d'une femme-poisson de tout premier ordre qu'il épousa, et qui était capable de rester plus de deux minutes dans de la flotte sans se noyer. Ça permettait à notre homme de ne pas en fiche un clou, lui qui est né un peu fatigué, justement.
 
—Une écaille dans la main, qu'il avait.
 
—Je vous conseille de crâner. Bref, de local en bocal, ils échouèrent en Australie. Là, ça marcha moins bien. Pour tout ce qui est beaux-arts, paraît que les Australiens ont les pieds froids, et puis l'eau douce y est rare: il y a des quartiers où on l'expédie dans des boîtes en fer-blanc. Vous pensez aux frais généraux que ça leur faisait. Après ça ils voulurent faire de l'élevage, des vaches, des moutons, vous savez. Mais on leur chapardait tout; et puis la poisson était malade de ne plus jamais faire trempette: ça l'oppressait, cette femme, de souffler au sec, tout le temps. Alors ils allaient lâcher leur gourbi, quand, un beau jour, voilà que l'Anderego trouve un placer chez lui; mais invraisemblable, mon cher, quelque chose comme du Crawford authentique, deux cents, trois cents millions par terre, là, devant lui.
 
—Maman!
 
Sylvère, de l'autre côté, ne disait rien; mais elle s'intéressait aussi à l'histoire: ça lui rappelait «le notaire et la tonne de poudre d'or».
 
—A la suite de quoi vous parlez qu'ils ont radimé tout de suite à Paris, et que ça a bardé. Lui fit la connaissance de deux ou trois princes brésiliens, qui le présentèrent à leur tailleur, et à leur cercle. La dame, elle, s'établit dans une piscine en mosaïque bleue, où elle recevait. Elle y tomba même malade, et fut soignée avec le pire dévouement par une jeune et infortunée divorcée à qui elle avait eu occasion de rendre des services, ce qu'on appelle des menus services, vous savez.
 
—Oui, de la galette, enfin.
 
—Tout juste. Le malheur est que les vertus de la môme touchèrent aussi Anderego, au passage. Il les vérifia de plus près, et les trouva si fermes que cela lui donna des scrupules sur son propre mariage, qui n'était pas très légal, et pas du tout religieux. Vous voyez le dénouement. Mais Mme Anderego n° 1 est restée riche. Elle aime toujours son mari, elle est furieuse, et elle nous paye pour pincer la divorcée. Le pire est qu'il faut se presser, parce qu'elle s'est adressée aussi à une autre maison. Ainsi, jeune homme, au trimard; couchez avec la dame, et songez que nous luttons pour la morale.
 
—Oui, c'est une belle oeuvre; mais voilà, il y a des frais, et je suis fauché, mon prince.
 
—Toujours, alors. Je parie que c'est encore votre sacré poker.
 
Les voix se perdirent au fond de l'appartement; on n'entendit plus qu'un tiroir ouvert et les grognements de M. Simpson-Schuhmacher, qui formula enfin cette réflexion menaçante:
 
—Si j'étais Mme votre mère...
 
Sylvère s'avisa à ce moment qu'elle était indiscrète. Elle rouvrit doucement la porte extérieure, et la referma avec bruit.
 
—Qui est là? cria-t-on.
 
—Je voudrais parler à M. Simpson-Schuhmacher.
 
—Eh bien, entrez.
 
La jeune femme se trouva dans un grand bureau d'acajou et de cuir-vert le plus respectable du monde. Et cherchant à penser des choses familières pour assurer sa contenance, elle se disait:
 
—Voilà bien ce qu'il aurait fallu à papa pour travailler. Il serait devenu conseiller général.
 
—Qu'y a-t-il pour votre service, Madame? Sylvère aperçut une face truculente, du ventre, deux gros bras qui lui poussaient un fauteuil, et, quelque peu en arrière, un tout jeune homme qui inclinait vers elle un visage rougissant, de la plus rare beauté.
 
—Je voudrais, répondit-elle, vous entretenir, Monsieur, sur... (elle hésita) sur une affaire délicate.
 
—La plupart de celles dont je m'occupe le sont, répondit l'homme avec un sourire bas.
 
Et, se tournant vers l'adolescent:
 
—Vous, l'Ange Gardien, ajouta-t-il, on ne voudrait pas abuser davantage de vos précieux instants.
 
«L'Ange Gardien» rougit de nouveau, et, levant derrière ses longs cils vers Sylvère des yeux transparents où il y avait de la honte, de l'espièglerie, et comme un peu de regret, il parut prêt à quitter la chambre.
 
A quel instinct obéit la jeune femme?
 
—C'est que, Monsieur, dit-elle, n'est pas de trop, si j'en juge, au moins, d'après les quelques mots que j'ai surpris tout à l'heure de votre conversation.
 
Cela ne s'accordait guère avec le subterfuge de la porte battue; et l'on voit ainsi que Sylvère n'en était plus à compter ses mensonges. Cependant elle s'était assise; et puis, prenant son pauvre coeur à deux mains, on eût dit qu'elle en exprimait le suc devant ces deux confidents bizarres. On a bien vu des mondaines poser nues chez leur photographe; mais quelle figure aurait faite Mariolles d'entendre sa femme se confesser en pareil lieu?
 
—Je ne voudrais pas un trop gros scandale, conclut-elle: leur faire peur, plutôt.
 
—Il faudra tout de même y mettre la police. Comment voulez-vous un flagrant délit sans commissaire?
 
—Oui, je sais, dit Sylvère, qu'on ne peut éviter cela.
 
—Et M. Walter de Crissey, que je vous présente—saluez, jeune homme—(l'adolescent s'inclina), vous dira comme moi qu'il faudra peut-être assez longtemps pour les pincer. M. de Crissey, qu'on appelle aussi «l'Ange Gardien», à cause des ménages où il fréquente, est un de mes meilleurs agents: c'est lui qui sera chargé de cette filature (Sylvère eut plaisir à reconnaître un terme de Gaboriau), et d'aller vous en rendre compte, parce qu'il est de règle chez nous d'écrire le moins possible. Mais, Madame, je dois vous avertir que ce pistolet fait la cour à toutes les femmes: ainsi, quand il sera seul avec vous et voudra vous embrasser, flanquez-lui moi des coups de riflard dans le portrait.
 
Toute cette grossièreté de M. Simpson-Schuhmacher indignait à peine Sylvère, tant il lui semblait, depuis une heure, vivre dans du roman. A tout prendre, elle commençait à faire joujou de sa jalousie. Tel un petit chat à qui on vient de marcher sur la queue: d'abord il crache dessus, et puis se console à jouer avec.
 
Mais M. Simpson-Schuhmacher la ramena bientôt à de plus triviales spéculations.
 
—Il y a aussi la question d'argent, dit cet homme avec gravité.
 
Sylvère acquiesça du chapeau.
 
—Il y a de gros frais. Il faudrait au moins deux mille francs de provision.
 
—Voici, dit la jeune femme.
 
Et dans un petit portefeuille elle choisit deux billets sur les cinq que Mariolles lui avait donnés le lendemain d'une fameuse partie de baccara, à Biarritz. Car il y a une justice immanente des choses, comme l'a fort à propos fait remarquer un homme politique.
 
—Voyez-vous, continua le gros homme, l'Ange Gardien fait du travail chenu, mais cher. Il y a de gros frais. Il faudra qu'il fasse la connaissance de M. votre mari, de la dame américaine, etc. Au moins, quand il sera dans la place, n'allez pas le reconnaître.
 
—Je serai à Versailles pendant quinze jours, dit Sylvère. Il faudra que l'Ange... que M. de Crissey vienne m'y porter des nouvelles.
 
Et elle donna l'adresse des dames de Retraite.
 
—Enfin, conclut Simpson, il y a de gros frais, je vous le répète; peu de bénéfice pour nous. C'est pour vous dire, Madame, que j'espère... si vous êtes contente.
 
—Contente?
 
—Oui, enfin: si nous vous fournissons les preuves que vous êtes trompée.
 
—Ah! oui, dit Sylvère, contente...
 
Tout étant conclu, l'Ange Gardien la raccompagna jusqu'à sa voiture. Il avait vraiment l'air d'un gentleman, tandis qu'il s'inclinait à la portière, et Sylvère ne put s'empêcher de lui tendre la main.
 
 
(La scène est à Versailles.)
 
Mme de Mariolles et la Mère des Prodiges se promenaient à pas lents dans les belles allées de l'hôtel d'Aigrefeuille. La religieuse, en balayant d'une indolente traîne blanche la dépouille des ormes au tronc lisse, parfois tournait de haut sa face attentive vers la jeune femme qui marchait à son côté, en retroussant d'une inutile grâce, en ces lieux déserts, derrière ces hautes murailles, sa jupe de drap sombre.
 
—Mais ce serait un gros mensonge.
 
—Mais, objecta Sylvère, il n'y a pas d'autre moyen. Vous savez mieux que personne, ma mère, qu'au parloir on ne pourra pas causer sans être entendu; et, si je ne dis pas que c'est mon frère, comment pourrai-je sortir avec lui? On voit que c'est l'Ange Gardien qui était en question, et comment il viendrait rendre compte à Sylvère de ses fonctions délicates.
 
—Enfin, reprit la Mère avec un soupir, il en faut bien passer par où vous voulez, puisque c'est pour le plus grand bien de votre mari, paraît-il, que vous tenez à faire passer de jeunes étrangers pour vos frères. Je me figure, s'il savait tout ce petit mic-mac, qu'il regretterait de vous avoir si facilement permis de venir, sans lui, faire la retraite à Versailles. Et j'aimerais mieux, je vous assure, des moyens moins compliqués, plus... plus honorables que ceux-là. Sans compter que vous me faites faire un péché.
 
—Ne me grondez pas, ma Mère, dit la jeune femme en se pendant à son bras. Je suis déjà assez malheureuse.
 
Sans plus mot dire, elles continuèrent la promenade. Le sable cria sous les talons de Sylvère; un clairon qui chantait au loin, dans quelque cour crayeuse de caserne, perça l'air doux et doré du mourant automne.
 
Le lendemain même, M. Walter de Crissey, soi-disant René de Ribes, se présenta au parloir et demanda à voir sa soeur.
 
Sylvère descendit aussitôt, prête à sortir, et passa la grille.
 
—Bonjour, René, dit-elle.
 
—Bonjour Sylvère, vous ne m'embrassez pas?
 
Et, sur les joues de la jeune femme impuissante, l'insolent posa deux baisers.
 
Que faire? Sylvère s'assura d'un coup d'oeil que la Mère Marie des Prodiges, au moins, n'était pas dans le parloir, et sortit du couvent la première.
 
«Quelle horreur, pensait-elle. Et comme la soeur tourière nous a regardés!» Le pis est qu'elle avait ressenti beaucoup plus d'irritation que de dégoût. En vain se redisait-elle pour s'indigner: «Quoi, un détective, un domestique!...»—tout cela ravivait bien la double brûlure de ses joues, mais il s'y mêlait un tout petit peu de plaisir qui la désespérait.
 
Pendant quelques minutes elle marcha en avant, d'un pas rapide, sans se retourner. Enfin, elle s'arrêta et se laissa rejoindre; mais il y avait encore du courroux sur son visage, et aussi cet air qu'on a quand on a préparé un petit discours.
 
—Monsieur, dit-elle, j'ai sans doute le plus grand besoin de vos services; mais je vous jure que je suis décidée mille fois à m'en passer plutôt que d'avoir à subir encore votre impudence.
 
Ils étaient seuls sous les doubles arbres d'une de ces désertes avenues qui font une roue autour du palais. Le jeune homme tout d'abord garda la tête basse.
 
—Vous avez des mots cruels, dit-il enfin: j'aimerais mieux des coups d'ombrelle sur la figure, comme vous le conseillait M. Simpson. Mais on n'a pas le choix.
 
Il avait souri presque insensiblement à ces derniers mots. Sa lèvre roulée et rouge, un peu courte sur ses dents, lui donna un air d'impudence naïve dont Sylvère se sentit irritée de nouveau; et durant quelques secondes, elle aurait volontiers suivi le conseil de M. Simpson-Schuhmacher. Heureusement pour le «portrait» de l'Ange Gardien qu'elle gardait encore du respect envers les convenances. En sorte qu'elle se contenta de répondre, un peu brutalement:
 
—En effet, le seul qui vous reste, Monsieur, est de faire ce qu'on vous a commandé—si vous n'aimez pas mieux abandonner là votre petit espionnage—et ses profits.
 
—Ah! comme vous me méprisez, Madame, dit Crissey, avec le ton d'une douleur si sincère que la jeune femme en demeura interdite.
 
—Si vous saviez, continua-t-il, comment j'en suis venu là, et ce que c'est, à Paris, que de se trouver sans un... je veux dire: sans argent. Mon père m'en avait toujours donné; mais depuis sa mort, je suis aux mains de maman, qui est si regardante. Un soir, dans un cercle, je me trouvais avoir besoin d'argent, tout de suite. Ce. Simpson de malheur me le prêta. Depuis, il m'en a prêté d'autre; et aujourd'hui il me tient.
 
«Peut-être, songeait cependant le jeune homme, qu'il est un peu tôt pour entrer dans ce genre de confidences. Mais tant pis, l'occasion était trop belle.» Et il cilla à plusieurs reprises, comme font les gens au théâtre, quand ils ont envie de pleurer.
 
—Je ne vous méprise pas, Monsieur Walter, dit la jeune femme. Je vous plains.
 
Il faut avouer que tous deux, jusqu'ici, n'avaient pas beaucoup causé d'affaires. De loin on eût dit une promenade d'amoureux. Comme ils avaient repris leur route en sens inverse, ils se trouvaient maintenant en vue du couvent.
 
—Il faut rentrer, dit Sylvère de cette douce voix qu'on prend pour parler aux malades. Dites-moi vite ce que vous avez à me dire.
 
—Ah! oui, dit le jeune homme avec un peu d'amertume, ma mission. Voici: j'ai fait la connaissance de la femme de chambre de Mme de San Buscar, qui me communique les lettres (Sylvère eut un peu honte), et aussi de Monsieur, par Mme d'Erèse. Il doit me présenter à votre mari. J'ai vu ce dernier de loin, avec la dame américaine. Ils avaient l'air en discussion, elle, sur la négative.
 
Sylvère éprouva de nouveau quelque malaise à entendre parler de son mari par l'Ange Gardien.
 
—Vous connaissez Mme d'Erèse, interrompit-elle.
 
—Oui, dit le jeune homme avec embarras. Elle m'a obligé, autrefois.
 
—Obligé?...
 
—A dormir chez elle: je veux dire...
 
—Bon, bon, fit Sylvère. Raccompagnez-moi jusqu'au parloir, voulez-vous.
 
Il se serrèrent la main en se quittant. Mais quand elle fut en sûreté derrière la grille:
 
—René, dit-elle, vous ne m'embrassez pas? Et le jeune homme la vit disparaître et se fondre parmi les ombres monastiques comme un flocon de neige dans la nuit.
顶一下
(0)
0%
踩一下
(0)
0%

热门TAG: 法国文学 原版小说


------分隔线---------- ------------------
[查看全部]  相关评论