法语学习网
当前位置:首页 » 法语阅读 » 法国文学 » Manette Salomon » 正文

CHAPTER XLVI

时间:2020-10-13来源:互联网 进入法语论坛
核心提示:Le talent, l'ambition, l'nergie de Coriolis sortaient de ces contradictions, de la contestation, fouetts et aiguillonns.
(单词翻译:双击或拖选)
 Le talent, l'ambition, l'énergie de Coriolis sortaient de ces contradictions, de la contestation, fouettés et aiguillonnés. La bataille autour de ses tableaux, de son nom, de son Orient, ce soulèvement de colères soudaines et d'ennemis inconnus lui donnaient la surexcitation de la lutte, le poussaient à la volonté d'une grande chose, d'une de ces œuvres qui arrachent au public la pleine reconnaissance d'un homme.
 
On ne le connaissait que par les côtés de coloriste pittoresque. Il voulait se révéler avec les puissantes qualités du peintre; montrer la force et la science du dessinateur, amassées en lui par des études patientes et acharnées de nature, qui mettaient à ses moindres croquis l'accent et la signature de sa personnalité.
 
Abandonnant le tableau de chevalet, il attaquait le nu dans un cadre où il pouvait faire mouvoir la grandeur du corps humain. Le décor de sa scène était un Bain turc. Sur la pierre moite de l'étuve, sur le granit suant, il plia une femme, sortant comme de l'arrosement d'un nuage, de la mousse de savon blanc jetée sur elle par une négresse presque nue, les reins sanglés d'une foutah à couleurs vives. La baigneuse, sur son séant, se présentait de face. Elle était gracieusement ramassée et rondissante dans la ligne d'un disque: on l'eût dite assise dans le C d'un croissant de lune. Ses deux mains se croisaient dans ses cheveux, au bout de ses bras relevés qui dessinaient une anse et une couronne. Sa tête, penchée, se baissait mollement, avec un chatouillement d'ombre, sur sa gorge remontée. Son torse avait les deux contours charmants et contraires de cette attitude penchée: pressé d'un côté, serré entre le sein et la hanche, il se tendait de l'autre, déroulait le dessin de son élégance; et jusqu'au bout des deux jambes de la baigneuse, l'une un peu repliée, l'autre longuement allongée, l'opposition des lignes se continuait dans l'ondulation d'un balancement. Derrière ce corps ébauché, sorti de la toile avec du pastel, Coriolis avait massé au fond des groupes de femmes qu'on entrevoyait dans une buée de vapeur, dans une aérienne perspective d'étuve rayée de traits de soleil qui faisaient des barres.
 
Au commencement de l'hiver, Coriolis avait fini ce tableau. Anatole, qui n'était pas complimenteur et qui n'avait guère de sympathie pour les sujets orientaux, ne put retenir, devant la toile achevée:
 
—Très-bien, ton corps de femme… c'est ça!
 
Coriolis avait l'horreur de certains peintres pour le compliment qui porte à faux, qui loue une qualité qu'ils n'ont pas, ou un coin d'une œuvre qu'ils sentent n'être pas le bon de cette œuvre. Un éloge à côté avait beau être sincère et de bonne foi: il jetait Coriolis dans des colères d'enfant.
 
—«C'est ça!» dit-il en se retournant avec un geste violent.—Ah! tu trouves que c'est ça, toi?… Ça! mais c'est d'un commun!… ce n'est pas plus le corps que je veux… Voilà six semaines que je m'échine dessus… Tu as bien fait de me dire que c'était bien… Allons! je te dis, c'est bête… bête comme une académie de parisienne… et tortillé… Tiens! Il traîne sur les quais une Vénus de Goltzius… qui a des perles aux oreilles, avec des colombes qui volent autour… voilà!… Je sentais bien que c'était mauvais. Mais, attends!
 
Et Coriolis commença à effacer sa figure, Anatole essaya de l'arrêter, l'injuria, l'appela «imbécile et chercheur de petite bête». Coriolis continuait à démolir sa baigneuse en disant:
 
—Après cela, c'est le diable, un torse qui vous donne la note… C'est dégoûtant maintenant… Il n'y a plus un corps à Paris… Voyons! voilà six mois que nous n'avons pu avoir un modèle propre… Une femme qui ait pour un liard de race, de distinction, un ensemble pas trop canaille… où ça se trouve-t-il? sais-tu, toi? Oh! les modèles? une espèce finie… Rachel a commencé à les perdre avec le Conservatoire… Il n'y a plus de modèles! Ça vous donne deux séances… et puis, à la troisième, vous rencontrez votre étude, dans un petit coupé, coiffée en chien, qui vous dit: «Bonjour!…» Une femme lancée, plus de pose! Et celles qu'on a encore la chance d'attraper, sont-ce des modèles? Ça ne tient pas la pose… ça n'a pas de tendons… ça ne crispe pas!… ça ne crispe pas!…
顶一下
(0)
0%
踩一下
(0)
0%

热门TAG: 法语 文学


------分隔线---------- ------------------
[查看全部]  相关评论